HISTOIRE & SCIENCE

L’IMPACT DE LA GÉOLOGIE SUR L’EXPLOITATION

La disposition des couches, leurs déformations, les contraintes mécaniques dans les terrains et la circulation des eaux souterraines ont contraint l’exploitant à adapter les méthodes d’abattage et le découpage des chantiers.
La Galerie de la Mer, ouvrage remarquable creusé de 1890 à 1905, entre le puits Biver et le cap Pinède à Marseille sur une longueur de 14,8 km, entre la cote +18 mètres et la cote zéro NGF, a permis de drainer les eaux et a radicalement contribué à sauvegarder la mine.

Exploitation : après la période artisanale, l’exploitation s’est caractérisée par une forte mécanisation avec les machines de creusement et l’abattage par longue taille rabot.

Longue taille rabot
Boulonnage mécanisé devant la machine de creusement

Mise en sécurité : la fermeture de la mine a obligé l’exploitant, dans le cadre des procédures légales d’arrêt de travaux et de renonciation aux concessions, à mettre en œuvre des solutions techniques qui répondent aux problématiques de l’eau, du gaz, de la stabilité des terrains et de l’entretien des terrils.

Mise en sécurité du Puits Yvon Morandat
Réhabilitation d’un terril

Surveillance des installations : à la disparition de Charbonnages de France, l’État s’est doté d’une structure technique, le Département de Prévention et de Sécurité Minière (DPSM), au sein du Bureau de Recherches Géologiques et Minières (BRGM).

Surveillance gaz
Surveillance sismique